Calibre 16 mm

PouyEn dégainant sa Debrie, Jean-Bernard Pouy perfore l’espace-temps. Il réussi un flashback accéléré où tressaute une émotion filmique aujourd’hui évanescente.
A projeter sur toutes les rétines.

Ce contenu a été publié dans Littérature française, Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *