Pas à pas dans la brume électrique

Court-circuit

Depuis le temps qu’il en rêvait, l’ami Bertrand, du cinéma hollywoodien, du travelling subtil sur les rails de l’histoire. L’auteur n’a pas écrit Amis américains – une somme de 5 kilos – pour rien. Le cinéaste s’est vu proposer de diriger Tommy Lee Jones dans l’adaptation d’un auteur qu’il admire, James Lee Burke (1). Cela ne se refuse pas. Bertrand Tavernier est dingue du cinéma made in chez l’oncle Sam.
Il raconte dans le bouquin les rêves et les illusions qui s’effilochent dans les bayous de la Louisiane après Katrina. Embrouilles avec un producteur buté (c’est presque un pléonasme), mésentente avec un monteur imposé, guerre larvée avec Tommy Lee Jones (son contrat l’autorisait à réécrire des scènes à sa guise). Ce livre est l’histoire de deux conceptions du cinéma, l’une tournée vers l’industrie, l’autre davantage axée sur l’expression artistique. D’un côté, un producteur qui considère le spectateur comme un attardé, à qui il faut tout expliquer ; de l’autre, un réalisateur qui parie sur intelligence et la sensibilité.
Le tour de force de Tavernier est d’avoir su gérer ces improbables conditions de tournage pour réaliser un film, que personnellement je trouve excellent. Tavernier sera puni par les Américains : aux States le film sortira directement en DVD sans passer par une exploitation en salle. Je ne pense pas que Tatave retourne de sitôt impressionner la pellicule chez ses amis d’Amérique. Le livre, bourré d’anecdotes pertinentes, dévoile les ruses de sioux employées par Tavernier pour sauver ce qui peut l’être du massacre des tuniques bleues des studios.
Pour les gastronomes, le gourmand Bertrand dévoile quelques roboratives recettes louisiannaises. Il fallait au moins ça pour relativiser les désillusions.
Passionnant, humaniste, ce livre se dévore du premier au dernier plan.
A. Caron
(1) « Dans la brume électrique avec les morts confédérés« , éditions Rivages
.

Ce contenu a été publié dans Littérature française, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *